La Région bruxelloise lutte contre la traite des animaux

La vente des chatons autorisée à 13 semaines minimum et en présence de leur mère

Jeudi 28 juin 2018 — A l’initiative de la Secrétaire d’État bruxelloise en charge du Bien-être animal, Bianca Debaets, la Région bruxelloise a décidé d’apporter une série de nouvelles règles plus strictes pour mieux protéger les animaux destinés à la vente. Les établissements pour animaux devront aménager leurs locaux et prévoir au minimum un espace extérieur. D’autre part, l’importation d’animaux sera restreinte et d’ailleurs, sur les annonces, il y aura lieu de placer des photos réelles des chatons ou chiots proposés à la vente.

En Région bruxelloise, on recense 26 ‘établissements’ pour animaux agréés : 1 éleveur-vendeur de chiens, 16 éleveurs principalement de chats et 9 refuges. Les changements concernent notamment l’infrastructure. Les établissements pour chiens et chats ne pourront plus du tout utiliser de revêtement en caillebotis, car jugés trop dangereux pour les animaux. Un espace extérieur devra obligatoirement être aménagé et la période de quarantaine pour les animaux venus d’un autre éleveur passe de 5 à 10 jours afin de limiter davantage le risque de contagion en cas de maladie.

Par rapport au bien-être proprement dit, les chiots et les chatons vendus doivent résider dans le même établissement que leur mère, ce qui renforce leur socialisation et permet aux futurs propriétaires de mieux se rendre compte de la santé de l’animal. De la sorte aussi, les importations d’animaux sont évitées et on favorise les élevages propres. Sur leurs annonces, les établissements devront utiliser des photos réelles de leurs animaux, et non plus des photos d’agences. Enfin, sur recommandation d’experts, l’âge minimum pour la vente de chatons passe de 7 à 13 semaines.

« Après les règles que nous avions déjà durcies en matière de publicité pour la vente des animaux, ces nouvelles modifications améliorent encore plus le bien-être animal et renforcent notre législation pour lutter contre toute forme de traite des animaux. Je pense en particulier aux filières illégales d’importation de chiots venus de l’étranger », précise Bianca Debaets, la Secrétaire d’État bruxelloise en charge du Bien-être animal.

Ces nouvelles modifications de l’arrêté du 27 avril 2007, qui détermine les conditions d’agrément des établissements pour animaux et les conditions relatives à la vente d’animaux, entreront en vigueur le 1er janvier 2021, ce qui laisse deux ans et demi aux établissements pour s’adapter, notamment au niveau des infrastructures.

Porte-parole Bianca Debaets: Pierre Migisha – pmigisha@gov.brussels  0475 720 412