Plan d’action bruxellois contre l’homophobie

3 holebis sur 10 ont déjà été victimes d’une sérieuse agression physique

Mardi 17 octobre 2017 — La Secrétaire d’État bruxelloise à l’Égalité des Chances, Bianca Debaets, va lancer un plan d’action contre l’homophobie. Le plan se présentera sous la forme d’une approche globale et se focalisera sur plusieurs problématiques : la discrimination au travail ou dans les services, les violences ou encore le harcèlement. 90% des holebis ont déjà du subir dans leur vie un incident violent. 3 sur 10 ont carrément été victime d’une sérieuse agression physique. 

Nous ne pouvons pas observer passivement les violences et discriminations que la communauté LGBTQI subit. C’est la raison pour laquelle nous prévoyons dans notre plan au moins de 23 actions qui mettent en avant des problèmes à différents niveaux, tout en apportant des pistes de solution. A ce stade, notre projet est prêt mais, dans les prochains jours, nous rencontrerons le secteur associatif afin qu’il nous aide à l’enrichir davantage avec sans doute quelques idées concrètes supplémentaires”, explique Bianca Debaets.

Dans le plan d’action, plusieurs exemples précis sont évoqués. En voici quelques-uns:

  • Anja est un transgenre qui veut effectuer des démarches concrètes pour devenir une femme. Mais si pour ce faire elle se rend chez le gynécologue, la consultation n’est pas remboursée par la sécurité sociale parce qu’elle n’est pas (encore) officiellement reconnue en tant que femme et que les prestations en gynécologie ne sont pas remboursées pour les hommes.

 

Action: pour des personnes qui se trouvent en phase de transition, une exception pour les remboursements de ce type doit être prévue.

 

  • Anja a un travail fixe et après avoir mis de l’argent de côté pendant une longue période, elle souhaite acheter un appartement au centre de Bruxelles. Mais une compagnie d’assurances refuse de lui proposer une assurance-vie parce que les transgenres sont considérés comme un groupe à risque.

 

Action: les courtiers en assurance et les compagnies d’assurance doivent être sensibilisées. Et Anja peut porter plainte pour discrimination, sur base de l’ordonnance bruxelloise anti-discrimination dont le texte a été renforcée.

 

  • Valentin et Léon forment un couple et quand ils se promènent ensemble les soir pou rentrer chez eux, ils se font régulièrement insultés, en étant traités de ‘sales pédés’, à chaque fois par le même groupe de jeunes. Le couple ne veut pas porter plainte car il pense que cela ne mènera à rien.

 

Actions:

- depuis plusieurs années, la police bruxelloise reçoit une formation spéciale pour bien appréhender ce phénomène et mieux prendre en considération le traitement de plaintes de ce type.

- Les jeunes vont suivre à l’école des leçons au sujet des différentes formes de sexualité et de la façon respectueuse de les aborder.

- Porter plainte, c’est une procédure qui peut être considérée comme lourde par certains, mais nous encourageons les holebis à le faire systématiquement en cas d’harcèlement ou de violence subie.  Ainsi, la problématique peut être mieux cartographiée.

 

Pour une série de solutions, il appartiendra aussi au gouvernement fédéral d’entreprendre des démarches. La Secrétaire d’État Bianca Debaets espère que le plan d’action bruxellois puisse être une source d’inspiration pour un plan d’action national qui devrait être proposé par l’Égalité des Chances fédérale:

Il y a une très grande communauté holebi en Région bruxelloise. Des 200 – environ – associations LGBTQI belges, on en retrouve une bonne cinquantaine basée dans la capitale. Nous devons nous faire forts d’être précurseurs et garants en matière d’égalité des droits pour toutes et tous. Notre diversité est un enrichissement pour notre ville et notre société. Ce principe, il doit rayonner sur l’ensemble du pays”, ponctue Bianca Debaets.

 

Contact presse

Pierre Migisha, porte-parole Bianca Debaets – pmigisha@gov.brussels  0475 720 412