Première application en Belgique dans la lutte contre l’intimidation sexuelle

L’application ‘Touche Pas A Ma Pote’ permet d’enregistrer les incidents et encourage le dialogue

Mardi 6 mars 2018 — L’intimidation sexuelle en rue est un problème qui dérange de nombreuses femmes. Des insultes, se faire poursuivre ou des contacts physiques non souhaités,… donnent aux femmes un sentiment d’insécurité dans les espaces publics. La Secrétaire d’Etat à l’égalité des chances, Bianca Debaets, lance à cet effet une application devant aider les femmes à notifier l’intimidation sexuelle et permettant de mobiliser les passants. Ceci ce fait en collaboration avec l’asbl « Touche Pas A Ma Pote ».

L’application ‘Touche Pas A Ma Pote’ a été lancée ce matin à la haute école bruxelloise IHECS. Cette école se situe dans un quartier dans lequel les étudiantes se plaignent fréquemment concernant l’intimidation sexuelle. Le lancement s’est fait en la présence de la Secrétaire d’Etat, Bianca Debaets, de Béa Ercolini (fondatrice de Touche Pas A Ma Pote), d’Alma Guirao, l’inventrice de l’application et de quelques étudiantes qui viennent témoigner de l’intimidation.

La Secrétaire d’Etat, Bianca Debaets, a égalament dévoilé un certain nombre de nouveaux chiffres provenant de l’étude réalisée par l’UGent relative à la violence faite aux femmes. Sur 450 femmes, 86% ont été victimes au moins une fois d’intimidation sexuelle, 34% d’entre elles en souffrent encore aujourd’hui, 22% ne racontent à personne les évènements les plus graves et 3,6% ont porté plainte.

Vu la gravité de la situation, Bianca Debaets souhaite renforcer la lutte : « Il y a trop peu de respect pour les femmes dans les espaces publics. Se faire insulter ou agresser en rue a des effets négatifs durables. Nous ne pouvons pas accepter cela. Grâce à l’application, vous pouvez envoyer un signal aux passants. J’appelle les bruxellois à s’engager. La police peut également utiliser cette application. » 

L’application est basée sur l’application française Handsaway d’Alma Guirao. Un tiers des utilisateurs sont des hommes et ils demandent souvent de pouvoir s’engager dans la lutte contre l’intimidation sexuelle.

La Secrétaire d’Etat,  B. Debaets croit en la combinaison de la technologie et de l’engagement : « L’application n’est pas une solution miracle, mais elle renforce deux aspects importants. Vous voyez mieux ce qui se passe vraiment et où –tout est enregistré-, à la place d’uniquement voir le sommet de l’iceberg. La police locale peut le voir et peut patrouiller de manière intelligente si ces évènements ont lieu dans une rue en particulier. De plus, l’application permet de renforcer la solidarité : vous donnez la possibilité aux personnes de se soutenir quand elles se promènent dans un quartier qu’elles connaissent moins bien. »

L’application ‘Touche Pas A Ma Pote by Handsaway’ est désormais disponible sur Google Play, et dès 9 mars sur Apple Store.

Porte-parole: Pierre Mishiga,  0475 720 412, pmigisha@gov.brussels

Coordinatrice Touche Pas A Ma Pote, Pauline Pourtois, ppo@tpamp.be  

 

Pierre Migisha Porte-parole at Secrétaire d'État Bianca Debaets